Acceptation des mesures de gestion de crise (11/31 aout 2021)
En Suisse, la pandémie de Covid-19 a été qualifiée de crise la plus grave depuis la Seconde Guerre mondiale. Elle a mis à mal le système de santé, l’économie et presque tous les aspects de la vie sociale. Des précédentes épidémies, telles que le SRAS (2003), la grippe H1N1 (2009), MERS (2012), Ebola (2014) ou Zika (2016), de nombreuses nations européennes ont conclu que les maladies émergentes étaient le problème de pays lointains, grâce notamment aux progrès de la médecine intensive, de la santé publique et de la technologie. Une telle insouciance n’était pas fondée, mais il en serait de même d’une surcorrection, qui pourrait désensibiliser la Suisse à d’autres enjeux.


Le Conseil suisse de la science (CSS) est l’organe consultatif indépendant de la Confédération pour les questions relevant de la science, de l’éducation, de la recherche et de l’innovation. Dans son programme de travail 2020 – 2023, le CSS a entrepris d’étudier quelle politique scientifique doit permettre à la Suisse d’affronter l’imprévisible. Afin de mieux apprécier l’ampleur et la profondeur du sujet, le CSS a sollicité les points de vue d’experts et de parties prenantes dans un workshop en trois parties.
Les discussions se sont concentrées sur les questions suivantes:

  •  Acceptation des mesures de prévention et d’atténuation décidées par les autorités;
  • Gouvernance et culture du leadership, et, en particulier dans le contexte suisse, fédéralisme;
  • Communication entre les autorités, les citoyens et les scientifiques.

 

Les échanges ont été structurés en trois étapes:

  1. Les enseignements du Covid-19 11 août 2021, dans la matinée
  2. Les enseignements pour le long terme 11 août 2021, dans l’après-midi
  3. Les enseignements des acteurs 31 août 2021, dans la matinée

 

Impressions et déclarations
11 août

Andreas Wenger: “We as scientists can update our models every day – for us, it’s all about learning. But if the government has to change its estimation, it has to pay a price.”
Daniel Kübler: “Nothing worse than people just believing scientists telling them that there is no alternative to a certain measure. Public decisions should be only made after debate”.
Eva Maria Belser: “Each day of the crisis is a new crisis. Trust must be earned every day again.”
Marc Höglinger: “Right now, we are in a very dynamic situation and we should not put people into boxes. People that have not been vaccinated so far may still change their mind.”
Marie-Valentine Florin: “As the Covid-19 pandemic continues, we might need a shift from crisis management to risk management.”
Nicolas Levrat: “We should make a difference between the corona pandemic and the corona crisis. Those are different issues and they require different solutions.”
Oliver Nachtwey: “This pandemic is not only biological, but also social. It’s now time for a more integrated approach in science where different disciplines are working together.”
Pascal Wagner-Egger: “More researchers should be active on Social Media, in order to not cede the field to conspiracy theorists.”
Sarah Geber: “As scientists, we should improve our understanding on how to communicate uncertainties regarding scientific knowledge. And the population should be trained on how to cope with those uncertainties.”
Thomas Stocker: “Liability is key, both for the Covid-19 pandemic and the climate crisis.”

 

31 août